lundi 16 mars 2020

Une petite pause certainement salutaire

Hello hello,

Voici déjà quelques jours que je n'arrive pas vraiment à aller sur une nouvelle toile. (Rien avoir avec cette histoire de virus).

Je crois - cela m'est déjà arrivé - que quelque part mon être accouche d'une mise à jour de mes capacités/aptitudes en peinture. J'ai appris qu'il faut laisser cette gestation se passer en douceur ... et laisser le temps au temps.

Une sorte d'upgrade, quoi (je me comprends, encore bien)  :-)

Bon, ça se précise et bientôt je m'y remettrai - porteur d'une nouvelle énergie de créer. C'est un chouïa spirituel-machin-chose mais je sais que cette (soi-disant) pause m'est salutaire.

Le soleil est présent chez moi et "tidju" qu'est-ce que ça fait du bien. Ah la vitamine D !

Restez centré et en confiance. Ce qui se passe ... se passe. Peur ou Amour, faut juste choisir en conscience.

Lenny
https://www.lennylennertz.online/

jeudi 12 mars 2020

Questionnement sur le "beau"

Plus je regarde cette toile et plus je me dis qu'elle n'est pas vraiment jolie ... mais elle a du chien, de la personnalité; elle reste congruente par rapport à mon style "Fragments".

Je trouve même qu'elle dérange, cette toile. C'est clair qu'elle a besoin d'un grand espace pour offrir au spectateur son 1,20 mètre carré torturé et saturé.

Peut-être que je m'embrouille à lui trouver des excuses, mais il est concevable qu'une peinture n'est pas belle en soi mais "a quelque chose". Non peut-être (comme on dit à Bruxelles) !

Tiens, je pense au Cri de Munch ... décrié par beaucoup pour son absence de beauté et de douceur. C'est justement le concept, mec.

Je me hasarde ici à comparer les toiles avec ces moments de la journée où l'on est calme, sûr de soi, en colère, dépité, neutre et ouvert, moche avec sa mine du lendemain, etc.

Mes toiles sont un peu mes enfants et ont de fait des caractéristiques diverses qui font leur charme. Mouais, c'est tiré par les cheveux mais ça se tient ...

A+

Lenny
https://www.lennylennertz.online/

Ce moment suspendu ...

J'ai terminé ce w-e une dernière toile. Je ne sais pas trop quoi en penser en fait.

J'ai une peinture de référence que je trouve extra et donc (mauvaise idée ?) j'essaie à chaque fois que la dernière soit aussi réussie que celle-ci.

Bon, je crois aussi que comme avec toute règle, il faut parfois s'en rapprocher et parfois s'en éloigner soigneusement dans la perspective de s'ôter une pression inutile.

Ben c'est raté. Je me mets une pression de ouf à chaque réalisation car je ne veux pas que mon travail "sente" l'irrégularité, avec en petite musique la perspective que "Lenny a du talent mais ce n'est pas encore son moment".

Que nenni !

Je bosse donc pour que cela soit fluide et évident sinon à quoi bon (comme le martèle ma géniale compatriote Angèle haha).

Attention, je serai sûrement plus détendu lorsque cela roulera tout seul - mais est-ce vraiment ce que je veux ? Bonne question car là dans une certain chaos ne se trouve-t-il pas le charme de toute création ... Mmh, sans doute.

En attendant, je vais faire ce que je fais plutôt bien : me mettre la pression hein (haha).

Allez, a+

Lenny
https://www.lennylennertz.online/

vendredi 6 mars 2020

Ah, les remises en question et pertes de repères ...

Oui, je passe actuellement par une phase moyennement agréable de "remettre l'ouvrage sur le métier".

En effet, il m'apparaît plutôt clair que chaque toile n'est pas aussi simple à créer que la précédente. Pour ce qui est de mon expérience, une partie récurrente de mon style dépend essentiellement de la puissance vibrante de la couleur choisie (sorry mais je me comprends haha).

Le vert donne super alors que le même effet avec ex. un jaune ocre clair ne donne pas grand chose par manque de transparence - paaaâaaas bien ! Là où je veux en venir, c'est que cette nouvelle pierre dans ma chaussure (de peintre) m'oblige à devoir composer un autre fond, tout en gardant l'homogénéité de mon univers pictural.

La bonne nouvelle est que je pense avoir créé une jolie parade. C'est marrant en réalité : j'ai été chercher "à la grosse louche" certaines particularités de mes styles précédents que j'ai remis au goût du jour. Youpie mais quelle bagarre avec moi-même, avec mes nouvelles certitudes qui se sont effondrées comme un château de carte.

Là je suis sur une nouvelle et force est de constater qu'il va être très judicieux d'utiliser cet stratagème qui semble se diriger vers une future (bonne) habitude.

Bref vous l'avez compris : la vie d'artiste en progrès n'est pas un long fleuve tranquille. Tiens, j'ai envie de groseilles  ;-)

Lenny
https://www.lennylennertz.online/