jeudi 27 février 2020

Le fond de la toile est enfin terminé.

Deux jours que je suis sur ce fond dont pour le moment je n'ai aucun vrai recul - bien ou moche ?

A moins d'être une grosse pointure internationale qui a déjà enclenché le pilote automatique (big galeries demandeuses, prix très conséquent, notoriété qui roule), on (moi en tous cas) est sujet à ses pensées type "qu'est-ce que je fais avec cette toile?", "j'y arriverai pas", "hier j'étais génial et les galeries vont voir ce qu'elles vont voir ... à je suis nul, foutu - marre de tout !".

Et puis, c'est le "charme" la grande force de l'artiste : forcer l'admiration. Je traduis : il va jusqu'au bout de ses rêves; il ne les a pas abandonné, lui; j'admire cette capacité à créer de rien, ouaw; le peintre est l'ami (le vrai) des décideurs car lui a aussi cette étincelle qui le porte malgré tous les écueils, et blablabla.

Oui, sûrement ! Si en fait. Bon, on ne marche pas sur l'eau non plus hein (ni dans les sous, façon Picsou).

Allez, c'est sympa dans ces moments "heu..." de se dire qu'à neuf ans on voulait faire ça (autrement mais ça quand même)  ;-p

Et vous ?

Lenny
https://www.lennylennertz.online/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire